2.8 C
Paris
jeudi, décembre 8, 2022

Faire un don

L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne

Le Koweït, un riche producteur de pétrole, est parmi les pays les plus chauds du monde.

Soutenez Le Réveil Citoyen média 100% indépendant

En ce qui concerne la crise climatique, le Koweït est une terre de superlatifs. La petite nation riche prise en sandwich entre l’Irak et l’Arabie saoudite est l’un des principaux producteurs de pétrole au monde et a l’une des émissions par habitant les plus élevées.

En 2020, le pays a émis plus de 20 tonnes de CO2, Our World in Data a rapporté , tandis que la République démocratique du Congo n’a enregistré que 0,03 tonne.

Mais le Koweït ressent aussi les effets du réchauffement climatique à l’extrême. En 2016, une région du nord-ouest du pays a atteint 54 degrés Celsius (127,2 degrés Fahrenheit). C’est la troisième température la plus élevée jamais enregistrée sur Terre – la plus élevée de l’histoire récente. L’année dernière, il y a eu 19 jours où les températures ont grimpé à 50 degrés Celsius ou plus, selon le service de prévision AccuWeather.

Les vagues de chaleur étouffantes peuvent rendre le pays presque invivable. Les oiseaux sont tombés morts du ciel et les hippocampes sont morts dans la baie, a rapporté l’agence de presse AP. La hausse des températures de la mer pourrait également amener les espèces maritimes à migrer vers d’autres régions, menaçant l’industrie piscicole locale.

Pour les humains, être exposé à ces températures brûlantes pendant de longues périodes pourrait entraîner un épuisement dû à la chaleur, des problèmes cardiovasculaires ou même la mort.

Ceux qui le peuvent se réfugient des températures brûlantes dans les centres commerciaux ou dans leurs maisons et bureaux climatisés. Le besoin de refroidissement artificiel est l’un des facteurs moteurs de la forte consommation d’énergie fossile du Koweït. Une étude de 2020 a révélé qu’environ 67 % de l’électricité utilisée dans les résidences provient de la climatisation. Un autre facteur important est que le gouvernement subventionne si fortement les coûts de l’électricité que les résidents ne sont pas incités à réduire leur consommation.

Mais certains n’ont pas le luxe de s’échapper à l’intérieur. Le Koweït a une population importante de migrants – environ 70%, selon l’Organisation internationale pour les migrations. Beaucoup d’entre eux travaillent à l’extérieur dans la construction, l’agriculture ou la livraison. Une étude de ScienceDirect a révélé que les mâles non koweïtiens couraient un risque plus élevé de mourir lorsque les températures augmentaient que les hommes locaux.

DW

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
620FollowersFollow
892SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire