18.9 C
Paris
dimanche, octobre 2, 2022

Faire un don

L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne

Vidéo – Macron, après le scandale McKinsey voici le Rothschild gate.

Soutenez Le Réveil Citoyen média 100% indépendant

Depuis qu’il est devenu ministre de l’économie, en aout 2014, les déclarations de patrimoine et d’intérêts d’Emmanuel Macron font polémique. Cette année là, il déclarait un modeste patrimoine de 156 000 euros, moins que Nathalie Arthaud ou Benoit Hamon ! Sans Philippe Poutou et ses 31 000 euros de patrimoine, Macron aurait été le plus pauvre des candidats à la présidentielle de 2017. Autre invraisemblance : bien que propriétaires d’un appartement à Paris acheté 890 000 euros en 2007 et d’une maison au Touquet qui sera évaluée à 1 453 000 euros en 2015, le couple Macron parvint à ne jamais payer l’impôt sur la fortune entre 2008 et 2014. 

Mais en se penchant sur le patrimoine du couple, le fisc estima en 2015 que la maison du Touquet, appartenant à Brigitte Macron, avait été sous-évaluée de 253 000 euros. Du coup, les Macron durent payer l’ISF pour trois années de retard (4174 euros de redressement pour 2013 et 2264 euros pour 2014). Une fois élu à l’Élysée, Emmanuel Macron supprima l’impôt sur la fortune et le remplaça par un plus conciliant « Impôt sur le fortune immobilière », au risque de renforcer un sentiment d’injustice déjà très présent dans la « France d’en bas » et de contribuer au déclenchement de la révolte des « Gilets jaunes » en novembre 2018 (4500 blessés, des millions d’euros de dégâts).

Une créance « oubliée » ?

Autre souci dans la déclaration de patrimoine 2014 d’Emmanuel Macron : il y inscrit au passif une dette de 350 000 euros qu’il doit au Crédit Mutuel suite à un emprunt contracté en novembre 2011 pour effectuer des travaux dans la maison du Touquet.

Problème : ce bien immobilier appartenant en propre à son épouse Brigitte, les sommes consacrées par Emmanuel Macron pour sa rénovation (350 000 euros selon sa déclaration de patrimoine 2014, 500 000 euros selon des informations communiquées au Journal du dimanche par le « camp Macron » en 2017) s’apparentent soit à une libéralité pour son épouse (mais elles n’ont pas été déclarées comme telles), soit à un prêt à son épouse.

Mais dans ce cas, Emmanuel Macron n’aurait-il pas du inscrire à l’actif de son patrimoine une créance de 350 000, voire 500 000 euros sur son épouse? Son patrimoine net n’aurait alors plus été de 308 000 euros, mais de 658 000, voire 808 000 euros.

Or selon la loi, “Ne pas déclarer, fournir une évaluation mensongère de son patrimoine ou omettre une partie substantielle de son patrimoine ou de ses intérêts est un délit puni de trois ans d’emprisonnement et de 45000 euros d’amende . Une peine d’inéligibilité de 10 ans peut également être prononcée ainsi que l’interdiction d’exercer une fonction publique.”

Saisie de ce problème au printemps 2017 par Maître Jean-Philippe Delsol, un avocat fiscaliste président de l’Institut de recherches économiques et fiscales (IREF), la HATVP a estimé que rien de permettait de mettre en doute les déclarations de patrimoine d’Emmanuel Macron.

Off Investigation

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
631FollowersFollow
896SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire