6 C
Paris
jeudi, décembre 2, 2021

Faire un don

L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne

Ces citoyens qui reprennent le pouvoir sur leur territoire

Soutenez Le Réveil Citoyen média 100% indépendant

Loin des clichés habituellement brandis pour désigner les « ayatollahs, khmers verts » et autres empêcheurs de tourner en rond, une étude menée par le sociologue Kévin Vacher vient tordre le cou aux idées reçues sur ces citoyens et citoyennes qui décident de s’engager pour sauver leur territoire. Leur motivation commune initiale : une profonde colère face à un déni de démocratie grave pour imposer des projets démesurés. Aujourd’hui, c’est un véritable mouvement social fait d’entraide et d’échanges qui se construit en France. Tour d’horizon de ces « David contre Goliath » qui remportent parfois de belles victoires.

De citoyens lambda à des collectifs en lutte

Pour réaliser cette étude, le sociologue Kévin Vacher du Groupe de Diffusion, de Recherche et de Veille citoyenne (GDRV) s’est appuyé sur la carte des luttes locales, alimentée par la journaliste Laury-Anne Cholez de Reporterre, et le travail des associations Terres de Luttes, Notre Affaire à Tous et ZEA.

« Notre objectif était simple : mieux comprendre la nébuleuse que constituent ces centaines de luttes locales contre les projets polluants (aussi appelés Grands Projets Inutiles et Imposés, GPII) à travers la France. »

La carte des luttes locales recense pour l’instant 370 combats, « mais on estime à plus de 10 000 les conflits d’aménagements sur le territoire français »précise le sociologue. Parmi ces 370 luttes, le chercheur a sélectionné 68 collectifs et mené 40 entretiens « en veillant à une pluralité de combats, tant par leur situation géographique, leur statut actuel (défaite, victoire, en cours de mobilisation) ou le type de projet contesté. »

Fait notable, les citoyens et citoyennes qui s’engagent dans des luttes locales ne sont pas à l’origine des « anarchistes énervés » ou des « écolo bobo donneurs de leçons ». Principalement, il s’agit de gens sans précédente expérience militante, issus de la classe moyenne et des classes populaires, souvent les premières à subir les effets destructeurs et toxiques d’un aménagement du territoire« autoritaire et démesuré ».

« Ces acteurs incarnent une écologie sociale de proximité, pas forcément politisée de base, qui veut s’impliquer sur la préservation de leur patrimoine paysager, économique et social. Mais aussi sur la protection de leur santé, souvent un enjeu très important. » explique Kévin Vacher

Toutes les régions françaises, y compris les DOM-TOM, sont concernées par des conflits d’aménagement. Ces projets sont classés sur la carte dans différents secteurs : artificialisation des sols, transport, énergie, industrie, agriculture, déchets, commerce.

La carte des luttes locales
Le déni de démocratie

Dans la plupart des cas, c’est un choc qui pousse les locaux à l’action, car il les rend en colère : le choc lié au déni de démocratie quand les citoyens découvrent le gigantisme des projets imposés.

« Le choc provient notamment du contraste entre des projets démesurés et les mensonges de l’Etat ou de ses représentants pour les imposer, parfois en catimini, sur leur territoire. Et ce n’est pas parce que les citoyens qui s’engagent ne sont pas forcément politisés de base qu’ils n’ont pas des demandes fortes pour protéger leur territoire : dans 79% des cas, ils exigent l’abandon total du projet. » explique le sociologue Kévin Vacher

La relève la peste

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
659FollowersFollow
917SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire

en direct actuellement cliquez ici pour suivre
OFFLINE