9.8 C
Paris
samedi, octobre 16, 2021

Faire un don

L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne

Le manque de moyens tue : 3 femmes décèdent dans une Maison d’accueil spécialisée en Gironde

Soutenez Le Réveil Citoyen média 100% indépendant

Les conséquences du manque d’effectif dans le secteur médico-social du handicap ont parfois des conséquences dramatiques. Dans la Maison d’accueil spécialisée « Le Junca » cet été à Villenave d’Ornon trois femmes sont mortes. Elles étaient âgées de 27, 32 et 35 ans. D’après les chiffres publiés par Rue89 l’établissement tournait avec seulement 50% de ses effectifs, c’est-à-dire 19 personnes sur les 38 nécessaires à la bonne prise en charge des patients, sans compter les 3,5 infirmières équivalent temps plein sur les 7 prévues.

Un manque d’effectif criant dont ont pâti les 50 résidents de la MAS, comme en témoigne la réduction forcée de la fréquence de l’alimentation par sonde gastrique de trois à deux doses intensives pour les patients les plus vulnérables.

Vidéo – Euro numérique, pass-sanitaire, le contrôle des masses…

Selon Michel Keisler, directeur général de l’Apajh Gironde, ce changement est à l’origine de la mort des trois jeunes femmes : « Les personnes nourries ainsi ont alors tendance à régurgiter, à faire des fausses routes et respirer des aliments, ce qui peut provoquer des infections respiratoires. L’hospitalisation à domicile n’a pas été suffisante. Trois personnes sont décédées, cinq autres ont pu être mises en sécurité dans un établissement hospitalier. »

Des soignants à bout de souffle prêts à quitter le navire …

Les soignants, eux aussi payent très durement le manque de moyens au quotidien puisqu’ils sont obligés de prendre en charge toujours plus de patients, dans des conditions de travail toujours plus déplorables et pour un salaire misérable qui n’augmente jamais : « Il y a de grosses surcharges de travail, avec des amplitudes horaires de 6h30 à 23h, une présence un week-end sur deux, affirme Anaïs Lafaye, directrice du pôle hébergement de l’APEI du Libournais, une association d’insertion des handicapés.

Enquête de l’ARS et du parquet suite au décès d’une adolescente onze jours après sa vaccination

Cela met à mal la vie de famille ». En première ligne pendant la pandémie, sans moyens, le personnel soignant des Maison d’accueil personnalisée fait parti des grands oubliés de la mascarade qu’est le Ségur de la santé et doit faire face à de nombreux départ de collègues qui préfèrent se reconvertir ou exercer dans d’autres secteurs de la santé mieux rémunérés : « L’écart de salaire est désormais de plus de 400 euros mensuel avec le milieu hospitalier pour les infirmières. Alors qu’il nous manque 3,5 ETP, celles qui restent envisagent de partir si elles ne sont pas revalorisées. »

« Les évènements graves qui sont survenus dans cet établissement sont symptomatiques de ce qui se passe dans notre pays »…

Révolution permanente

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
646FollowersFollow
901SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire

En Direct cliquez ici
OFFLINE