11.7 C
Paris
samedi, décembre 4, 2021

Faire un don

L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne

L’école obligatoire à partir de 3 ans, ok. Mais dans ce cas, donnons-lui les moyens de ses ambitions.

Soutenez Le Réveil Citoyen média 100% indépendant

Une semaine. Cela fait une semaine que j’assiste au même cirque. Trente enfants (entre 2 ans et demi et trois ans, des bébés presque) massés dans le couloir devant la porte, hurlant, tous, je vous jure ils hurlent tous, certains accrochés au cou de leurs parents, d’autres aux porte-manteaux, d’autres à leurs doudous, et, dans l’encadrement de la porte, une maîtresse, seule, essayant vainement de les faire entrer dans le calme.

Une seule maîtresse. Trente enfants. Deux ans et demi, trois ans. Le premier jour, elles étaient trois pour les accueillir, je ne sais pas où sont passées les deux autres. Ambre, qui se faisait une joie d’aller à l’école, refuse désormais de sortir de son lit le matin. En même temps, si mon bureau était peuplé de collègues en larmes se roulant au sol, je n’aurais pas non plus tellement envie d’y aller.

Ce matin, je suis resté un peu plus longtemps, j’ai même proposé mon aide. La maîtresse, une jeune maîtresse, m’a regardé avec des yeux… L’air de dire : « Si seulement !  » La pauvre, elle n’y est pour rien. Elle a été propulsée là, certainement remplie de bonnes intentions, et maintenant, comme Ambre, elle doit se lever la boule au ventre.

C’est un peu le même problème que la circulation dans Paris en ce moment. On limite à trente, on transforme des rues en pistes cyclables, on supprime des places de parking, bref, on veut botter les automobilistes hors de Paris, mais sans se donner les moyens d’une politique de transports efficace. Quand on prend des décisions, on les assume. On s’organise. On investit.

Je crois en l’école publique. Je veux y croire. Mais donnons-lui les moyens de reussir, et, surtout, d’y faire réussir nos enfants. Une maîtresse, accueillant seule 30 enfants de petite section en dix minutes chaque matin, ce n’est pas se donner les moyens d’un bon départ. Ça ne met personne en confiance, ni les enfants, ni les parents, ni le personnel de l’établissement.

Alors, Jean-Michel Blanquer à quand une politique cohérente et réaliste pour nos petits ?

Papa Plume

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
660FollowersFollow
917SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire

en direct actuellement cliquez ici pour suivre
OFFLINE