11.4 C
Paris
jeudi, septembre 23, 2021

Faire un don

L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne

Un juge de l’Illinois a refusé à une mère tout droit de visite jusqu’à ce qu’elle se fasse vacciner.

Soutenez Le Réveil Citoyen média 100% indépendant

À 39 ans, Rebecca Firlit fait partie de ceux qui sont encore réticents au vaccin contre le Covid-19. Cette mère de famille divorcée refuse de recevoir l’injection pour le moment et cela pourrait bien affecter sa vie personnelle, rapporte le Guardian. Car en effet, Rebecca Firlit pourrait ne plus voir son fils, dont elle a la garde alternée avec son mari. Un juge de l’Illinois lui a refusé tout droit de visite jusqu’à ce qu’elle se fasse vacciner.

« J’étais un peu perplexe lorsque le juge m’a appelé parce que l’audience virtuelle ne devait porter que sur le sujet de la pension alimentaire », dit-elle au Chicago Sun-Times. Et d’ajouter : « L’une des premières choses qu’il m’a demandées, c’est : ‘Est-ce que je suis vacciné ?’ J’ai été un peu déconcertée parce que ça n’avait rien à voir avec l’audience. » Mais en face d’elle, le juge James Shapiro s’est montré plus que ferme : « Je suis le juge, je prends les décisions dans votre dossier. »

Je soutiens le Réveil Citoyen 

Une décision qui « divise les familles »

Son avocate a immédiatement déposé un recours juridictionnel devant la Cour d’appel de l’État arguant que le père du petit garçon n’avait en aucun cas mis sur la table cet élément. « Le tribunal a clairement outrepassé son pouvoir en suspendant le temps accordé à la mère alors que la question abordée devait être la pension alimentaire », tonne l’avocate. De son côté, la mère de famille n’a pas encore précisé si elle se ferait vacciner, mais assure qu’il ne s’agit pas d’une décision politique. « J’ai eu des réactions contrastées dans le passé après des vaccins, et mon médecin m’a conseillé de ne pas me faire vacciner », relate-t-elle.

Selon elle, son fils n’a pas compris la décision et s’étonne de ne plus la voir. « Ce genre de décision divise les familles, et ce n’est pas dans l’intérêt de mon fils d’être séparé de sa mère », lance-t-elle. Le juge n’a pas souhaité faire de commentaire pour le moment, tandis que l’avocat de son mari a déclaré qu’il respectait la décision prise. Si dans certaines affaires judiciaires des juges ont accordé des réductions de peine en échange d’une vaccination, ce cas de figure constitue une première. Elle pourrait faire jurisprudence.

Lundi 30 août, le juge américain est finalement revenu sur sa décision. La mère de famille est désormais autorisée à voir son fils de 11 ans, même si elle ne se fait pas vacciner.

Capital

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux

1 COMMENT

  1. Quand la connerie reste et perdure dans le monde entier, cela ne m etonne plu, et c est la que le drame ou je dirais le problème, c est de ne plus être étonné par ce genre de chose 😠😠😏

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
646FollowersFollow
897SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire

En Direct cliquez ici
OFFLINE
%d blogueurs aiment cette page :