11.7 C
Paris
samedi, décembre 4, 2021

Faire un don

L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne

La France et son pass de la honte, s’enfonce dans un régime dictatorial.

Soutenez Le Réveil Citoyen média 100% indépendant

Les mots ont un sens, dictature, oui la France une dictature sanitaire, il ne faut pas avoir peur des mots.

Certains s’offusquent de voir et d’entendre d’autres personnes, faire des comparaisons avec la seconde guerre mondiale, l’Apartheid, la ségrégation raciale, détournée en ségrégation vaccinale.

L’obligation vaccinale et l’interdiction de se rendre dans certains lieux si vous n’êtes pas vaccinés, ressemble effectivement à une ségrégation.

Définition de ségrégation : Séparation imposée, de droit ou de fait, d’un groupe social d’avec les autres.

Nous y sommes !!

Sous prétexte de pandémie, nos gouvernants piétinent nos libertés ( la santé est plus importante que nos libertés)

Après l’excuse du terrorisme nos libertés fondent comme neige au soleil .

Cette France abrutie par des médias aux ordres le petit doigt sur la couture, cet outil de propagande qui n’est utilisé que pour instaurer de façon permanente, la peur. Peur du terrorisme, peur de la maladie, peur de mourir.

Ces médias ou des politiciens de gauche comme de droite applaudissent ces mesures liberticides.

Cette même France qui a applaudi ces soignants récalcitrants à la vaccination, que l’on a envoyé au front avec des sacs poubelles, car manque de moyens, ces vilains soignants positifs au covid19 mais que l’on obligeait à travailler, car manque d’effectif. Et en même temps nos gouvernants continuent la casse hospitalière.

Ces soignants sont maintenant, des irresponsables ! , c’est à cause d’eux que le variant Delta se propage.

Salauds de soignants !

Mais en France l’ignominie ne s’arrête pas là. On apprend par France 3 :

Poitiers : 6 infirmiers du CHU sommés de rembourser leur « prime Covid »

En novembre 2020, selon les syndicats, 2 400 salariés avaient été gratifiés d’une « surprime Covid » en guise de reconnaissance de leur mobilisation pendant la pandémie. Ils n’avaient pas compté leurs heures, il fallait réorganiser tous les services et, certains venaient travailler la boule au ventre.

Problème, six mois plus tard, six infirmiers reçoivent un courrier à leur domicile leur intimant l’ordre de rembourser cette prime. « Les agents se sont sentis, j’ai envie de dire, insultés parce que presque traités comme des voleurs, de ne pas mériter cet argent ».

Puis notre police, n’ont rien d’autres à faire que de contrôler, le pass sanitaire , dans les établissements ?

Message d’un policier :

« Je suis flic et non soumis au vaccin obligatoire !?!?
Cela tombe bien je ne souhaite pas me faire vacciner maintenant.
Par contre on va bientôt nous ordonner d’aller contrôler les restaurateurs et autres centres commerciaux pour verifier qu’il n y a pas de non vaccinés qui ont accès (sans pass sanitaire).

J’adore la crédibilité de notre gouvernement.
Au moins je pourrais aller faire les courses ou faire un restau en bossant…

je respecte ceux qui souhaitent se faire vacciner mais je militerai et oeuvrerai pour que mes collegues ne verbalisent pas et n appliquent pas ces directives complètement absudes de sens.
Je ne suis pas le seul.
Nous saurons l’exprimer quand il le faudra et nous soutiendrons tout ceux qui se battront pour garder cette liberté et choix de se vacciner ou non.
De nombreux collègues pensent comme moi.
Nous préparons un communiqué de presse dans ce sens et nous l’assumerons.
Je vous le partagerai dans ce groupe.
Force et honneur »

La France une dictature, une dictature sanitaire, piétine nos héros qui se sont battus pour nos libertés

J’ai mal à ma France….

Docteur Fabien Quedeville
Médecin généraliste : « Estimant que la campagne de vaccination marque le pas, le gouvernement a mis sur la table l’idée de la vaccination obligatoire contre le Covid 19.

Cette proposition est contraire à la loi Kouchner qui, rappelons-le, consacre le libre choix du malade dans sa prise en charge. Nul ne peut obliger un patient à se soigner.

Depuis le début de cette crise, à chaque menace de rebond épidémique ou à chaque reprise, il est de bon ton de trouver des boucs émissaires : ceux ne respectant pas les gestes barrières, les jeunes organisant des fêtes clandestines, les enfants…

Vient maintenant le tour des non-vaccinés.

Au fil des médias, ministres et éditorialistes se relaient pour montrer du doigt et rendre responsables les non-vaccinés d’une éventuelle nouvelle vague.

Il n’y pas de pire idée que d’imposer quand on ne sait pas convaincre. La coercition est l’ennemie du bon soin, et ne répondra pas aux questions qu’il est légitime de se poser.

La vaccination obligatoire enrayera-t-elle l’épidémie ?
Si les vaccins contre le Covid 19 diminuent le nombre de cas, il n’existe aucune donnée démontrant leur efficacité sur la circulation virale en population générale, et aucune donnée sur le pourcentage de patients à vacciner pour enrayer l’épidémie.

La vaccination obligatoire aura t elle un effet sur les variants ?
Il n’existe pas une, mais plusieurs épidémies de covid-19, dues à l’adaptation du virus initial et donc à l’apparition de variants.

Vacciner en masse la population n’entraînera-t-elle pas, à long terme, la multiplication de variants plus ou moins dangereux et répondant de façon partielle à la vaccination ?

Nul ne peut le dire actuellement

Quid des effets secondaires ?
Les effets secondaires liés à la vaccination sont la plupart du temps bénins, mais dans certains cas, ils peuvent être graves.

Peut-on accepter que des populations, notamment les plus jeunes, développent des effets secondaires sérieux alors qu’ils n’ont aucun risque de développer des formes graves ?

De plus, en cas d’effets indésirables liés à la vaccination, qui indemnisera les victimes ? À qui incombera la responsabilité ?

La vaccination obligatoire pose donc des questions aujourd’hui sans réponse.

L’adoption de cette mesure serait un tournant dangereux dans l’évolution de notre système de santé et pour le droit des malades.

Elle entamerait durement la confiance des français dans leur système de santé et renforcerait les « anti-vax » .

Emmanuel Macron s’était engagé en décembre 2020 a ne pas rendre obligatoire cette vaccination.

Rappelons-le à tenir cet engagement »

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
660FollowersFollow
917SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire

en direct actuellement cliquez ici pour suivre
OFFLINE