14.6 C
Paris
lundi, juillet 4, 2022

Faire un don

L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne

Fin juin une loi antiterroriste a été adoptée en pleine nuit et chaque citoyen est désormais un suspect potentiel

Soutenez Le Réveil Citoyen média 100% indépendant

L’univers orwellien tant redouté est désormais là et chaque citoyen est devenu une menace potentielle pour l’Etat. Si jusqu’ici, l’idée de vivre dans une société où la surveillance de masse serait tout à fait normalisée était considéré comme une utopie, ce n’est plus le cas. En tout cas, pour ce qui est de la France, c’est une réalité indéniable.

En effet, dans la nuit du 29 au 30 juin, un événement passé complètement inaperçu a eu lieu au Sénat français où un projet de loi renforçant la prévention du terrorisme et du renseignement a été adopté en première lecture. D’après Le Monde qui donne l’info, 251 voix ont voté pour contre 27 et 66 abstentions.

Le Monde fournit des détails de ce projet de loi très controversé : “le texte, dont les sénateurs ont modifié plusieurs articles, pérennise des mesures inspirées de l’état d’urgence. (…) Il (ce projet de loi) vise notamment à faire entrer définitivement dans le droit commun quatre mesures emblématiques mais expérimentales de la loi ‘sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme’ (Silt) de 2017.”

Mais, de quoi s’agit-il vraiment? A cette question, Le Monde répond : “périmètres de sécurité, fermeture de lieux de culte, mesures individuelles de contrôle administratif et de surveillance (Micas) et visites domiciliaires : ces quatre dispositions de police administrative avaient pris la suite de mesures de l’état d’urgence, mises en œuvre pendant deux années après les attentats de Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015.”

“La surveillance par les algorithmes entre en action”

Le média français poursuit : “concernant le volet renseignement, le Sénat a voté la pérennisation de la technique dite « de l’algorithme » qui permet d’analyser des données de navigation sur Internet fournies par les opérateurs de télécom. Mais pour son extension aux URL de connexion, il a préféré se limiter à une expérimentation.”

Mais déjà, quelques couacs sont notés. Car, le projet de loi, dénoncés par l’opposition de gauche, est déjà très violemment attaqué par deux juristes de l’organisme Quadrature du Net que sont : Arthur Messaud et Martin Drago. En effet, dans une tribune publiée dans Le Monde à quelques heures de l’adoption du projet de loi, les deux spécialistes ont dénoncé un projet de surveillance de masse qui, selon eux, “doit être rejeté entièrement”.

“Chaque citoyen devient un suspect”

“A partir du mardi 29 juin, les sénateurs examineront, dans l’Hémicycle, le nouveau projet de loi relatif à la prévention d’actes de terrorisme et au renseignement. Nous les appelons à le rejeter entièrement”, ont-ils martelé. Et d’ajouter : “Parmi les nombreuses dispositions de ce texte attentatoire à nos libertés, l’une des plus graves concerne la surveillance de masse des communications par des algorithmes que l’on appelle aussi ‘boîtes noires’”…

Le courrier du soir

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
646FollowersFollow
906SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire