22.8 C
Paris
jeudi, juin 17, 2021

Faire un don

Vidéo- La maman d’une fille de 12 ans victime de viol, dénonce les dysfonctionnements pour que ça change

« Inceste, violences sexuelles: quand la justice produit de l’injustice »

Témoignage bouleversant de Sylvie M :

Les pouvoirs publics conseillent aux victimes de parler mais il peut y avoir des dysfonctionnements conduisant à gâcher la vie de l’enfant et de sa mère qui avait osé déposer plainte.

Je parle publiquement de dysfonctionnements dans mon affaire. Juriste, conseillant des victimes d’accidents de la vie depuis près de 17 ans et maman d’une fille qui m’a raconté des choses, je me dois d’intervenir publiquement dans l’intérêt de ma fille, des autres victimes et des mères qui comme moi se sont senties méprisées par les professionnels suite à leur plainte pénale.

Une prise de conscience des professionnels et de la société est indispensable car sinon les professionnels continueront à appliquer des idées préconçues sans tenir compte des preuves et de la parole des enfants réellement victimes. 

Par professionnels, je vise les policiers, les magistrats, les avocats, les enseignants, les référents ASE, les éducateurs, les psychologues, des experts judiciaires.

J’ai une légitimité pour parler publiquement. J’ai été respectée par des magistrats, des avocats, des députés, des syndicats, des journalistes durant des années au cours de ma carrière alors que je suis méprisée dans mon affaire. L’honneur du père de près de 71 ans est préféré à la vie de ma fille de 12 ans et demi et à la mienne.

Lettre explicite que ma fille a remise à son éducateur le 12 mai 2021. Ele l’a rédigée chez sa famille d’accueil. Dans un Etat de droit, que devrait faire ce professionnel avec un tel document…?

J’ai été directrice de la FNATH de CHARENTE-MARITIME/CHARENTE, association de 3000 adhérents à l’époque. J’ai assisté plus de 1000 personnes devant des tribunaux et cours d’appel. En tant que juriste à la FNATH des DEUX-SEVRES, je continue à assister des gens devant des juridictions et lors d’expertises médicales. Sur google, on retrouve encore des articles de presse correspondant à des assemblées générales que j’ai animées dans trois départements.

Mon affaire est énorme. Je n’ai vu ma fille que durant 37h30 en deux ans du fait de la psychose avec délire paranoiaque que je n’ai jamais eue mais qui correspondait à la version de mon ex-mari.

La justice a refusé à 6 reprises mes demandes d’expertise psychiatrique judiciaire. Finalement, la 7ème demande a été acceptée et un expert judiciaire connu au niveau national, le Docteur BONNAN, a conclu au fait que je n’avais aucun trouble psychique, aucune dangerosité. La justice ne s’excuse pas pour cette erreur. Au contraire, elle est incapable de se remettre en cause et continue à étouffer l’affaire.

Si personne n’a le cran pour parler des défaillances du système et en particulier du rôle des magistrats, on continuera à avoir des taux de classement sans suite records et des vies d’enfants et de mères sacrifiées dans l’indifférence générale.

Le thème est d’actualité. Il y aura une manifestation à PARIS le 26 juin 2021.

Karine
Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage.

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
550FollowersFollow
721SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire

En Direct cliquez ici
OFFLINE