16.7 C
Paris
jeudi, juillet 29, 2021

Faire un don

Nom de code Hercule, le projet de privatisation d’EDF.

Hercule est le nom de code du projet de destruction d’un de nos derniers biens communs : l’énergie.
Il comprend plusieurs facettes dont le démantèlement d’EDF et la mise à disposition de sa production d’électricité à des entreprises privées

Un projet injuste piloté par des financiers

En 20 ans, les gouvernements successifs ont privatisé des secteurs entiers de notre économie au détriment du pouvoir d’achat des Français : la distribution postale, la télécommunication, les autoroutes ou encore des transports en commun.

Le secteur de l’énergie a subi aussi la loi du marché. Depuis 2004, la séparation d’EDF et GDF, l’ouverture du capital, l’ouverture à la concurrence, sont autant d’étapes de destruction du service public de l’électricité qui ont eu deux conséquences pour les usagers, devenus des clients : une baisse de la qualité du service et l’augmentation du prix de l’électricité pour le compte des actionnaires (+50% en 15 ans).

Hercule est le dernier domino d’un projet uniquement financier, sans dimension industrielle ni sociale. Hercule vise à éclater EDF en plusieurs sociétés concurrentes entre elles. Un projet faussement argumenté par des financiers dont le seul objectif est de mettre la main à cette grande entreprise au détriment de la transition énergétique.

Si rien n’est fait, le projet Hercule aboutira au morcellement d’EDF en trois sociétés avec des propriétaires différents (“EDF Bleu”, “EDF Vert” “EDF Azur”), avec pour mot d’ordre la socialisation des pertes, la privatisation des profits.

Hausse des prix, coupures d’électricité, centrales nucléaires produisant pour le secteur privé: le Gouvernement de Macron et la direction d’EDF sont en phase de privatiser l’un des derniers services publics français dans un projet de loi nocif dans les semaines à venir. Avant que ce point de non-retour ne soit atteint, mobilisons-nous.

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux
  1. Dans le Lot, HERCULE est un surnom de très sinistre mémoire, celui d’un nain de 18 ans qui engagé dans la Résistance, s’avéra être un agent de la Gestapo. Il y a 77 ans, il guida la division Das Reich célèbre par sa cruauté (les 642 martyrs d’Oradour, les 99 pendus de Tulle) dans la rafle de plusieurs centaines d’hommes d’une 30 aine de communes du Lot.(F.Sauteron Deux beaux salauds – l’Harmattan)

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
625FollowersFollow
856SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire

En Direct cliquez ici
OFFLINE
%d blogueurs aiment cette page :