8.2 C
Paris
jeudi, mai 6, 2021

Faire un don

Évelyne Pisier : Il regrette, tu sais. Et puis, il n’y a pas eu sodomie. Des fellations, c’est quand même différent

Dans son nouvel ouvrage La Familia Grande, paru ce jeudi 7 janvier aux éditions du Seuil, Camille Kouchner dévoile les viols qu’aurait subis son propre frère jumeau, victime d’inceste par son beau-père, le très médiatique politologue Olivier Duhamel, à la fin des années 1980. Évelyne Pisier, en couple avec Olivier Duhamel après avoir partagé la vie de Bernard Kouchner, est morte en 2017, à 75 ans.

Avec l’accord de son frère, Camille Kouchner va tout dire à sa mère des viols et des agressions sexuelles que lui a racontés son jumeau. Dans une interview accordée à l’Obs pour la sortie de son livre, l’avocate de 45 ans relate la vive réaction que sa mère aurait eue en apprenant ces accusations à l’encontre de son compagnon. « Il regrette, tu sais. Et puis, il n’y a pas eu sodomie. Des fellations, c’est quand même différent« ,aurait-elle répondu à sa fille, fin 2008. Pour rappel, les fellations forcées sont qualifiées de viol selon la loi. Alors que Victor s’était jusqu’à présent refusé à lui confier ce secret, préférant se tourner vers sa sœur jumelle, il s’est retrouvé face au déni de sa mère, qui n’aurait pas souhaité prendre son parti ni même voulu le croire, pour préserver la réputation d’Olivier Duhamel. « Olivier a réfléchi, tu devais déjà avoir plus de 15 ans », « Ton frère n’a jamais été forcé », « Mais enfin, de quoi vous vous plaignez, vous avez tous les deux un boulot, des enfants« , aurait-elle également déclaré, en reprochant à ses enfants leur « perversité ».

L’ancien professeur de Science Po, lui, n’aurait jamais exprimé de remords. Au contraire lorsqu’il aurait été mis au courant du livre de Camille Kouchner, il aurait tenté de la dissuader. « Je vais t’expliquer que tu aurais pu, au moins, t’excuser. Prendre conscience et t’inquiéter. Je vais te rappeler que, au lieu de ça, tu m’as menacée. Message sur mon répondeur : “Je vais me suicider” », écrit-elle dans son livre, dont Le Monde a dévoilé les bonnes feuilles. Mais force est de constater que le politologue n’est pas le seul dans son viseur.

Bien décidée à régler ses comptes avec sa famille, Camille Kouchner s’en est également prise à son père, l’ancien ministre des Affaires étrangères Bernard Koucher. Absent, ce dernier se serait montré très dur à l’égard de ses trois enfants. « Bernard hurlait. Il nous terrorisait, nous reprochait le malheur du monde« , explique l’avocate dans un passage, cette fois-ci relayé par Le Parisien. Pire encore, les rares fois où ce dernier daignait récupérer ses enfants, qui vivaient alors chez leur mère Evelyne Pisier, il se serait arrangé pour ne pas les avoir sur les bras trop longtemps. Il aurait ainsi pris l’habitude de leur donner des somnifères, afin de les mettre au lit plus tôt. Ce qui ne l’empêche pas d’éprouver un profond respect pour son géniteur, notamment pour son engagement humanitaire.

L’épouse de ce dernier, la journaliste Christine Ockrent, n’aurait guère été plus sympathique. La présence de la fratrie aurait même eu tendance à l’agacer. « Tes enfants font trop de bruit, dis-leur de rire moins fort”, aurait-elle lâché à plusieurs reprises, lorsque les petites têtes blondes de Bernard Kouchner séjournaient à leur domicile. Des graves accusations auxquelles aucun des deux protagonistes n’a pour le moment réagi. Bernard Kouchner s’est pourtant rapidement positionné en soutien de sa fille peu après les premières révélations de cette dernière. Dans un communiqué transmis par son avocate Maryline Lugosi, il l’avait même félicitée pour sa prise de parole. « Un lourd secret qui pesait sur nous depuis trop longtemps a été heureusement levé. J’admire le courage de ma fille Camille« , avait-il fait savoir. Un soutien qui, visiblement, est arrivé un peu tard…

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux
  1. Je vais de surprises en surprises sur la vie de ces gens médiatisés que j ai croisé il y a bien longtemps à Paris 1 notamment E . Pisier . J avais lu avant en terminale son mémoire de DES portant sur les écrits de Bertrand de Jouvenel .

Laisser un commentaire

également sur

51,751FansLike
548FollowersFollow
676SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire

+
%d blogueurs aiment cette page :