8.9 C
Paris
dimanche, octobre 24, 2021

Faire un don

L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne

Quand les médias déforment la vérité sur l’appel de Trump au secrétaire d’état de Georgie

Soutenez Le Réveil Citoyen média 100% indépendant

Trump a téléphoné à Brad Raffensperger. Qui est le secrétaire d’État de la Géorgie et républicain.

Si vous écoutez La Presse, vous entendrez que Trump, au cours de cet appel téléphonique, fait pression sur Brad Raffensperger pour que ce dernier recalcule les votes de Géorgie en sa faveur, avec à l’appui, un extrait de l’appel téléphonique dans lequel Trump dit je cite:

« Le peuple de Géorgie est en colère, le peuple du pays est en colère et il n’y a rien de mal à dire ça. Je veux simplement trouver 11 780 voix, ce qui fait une de plus que ce que nous avons parce que nous avons remporté l’Etat ».

Les médias américains et français reprennent cet extrait et en déduisent que Trump demande au secrétaire d’État de Géorgie de lui sortir 11 780 voix de son chapeau pour lui faire gagner cet Etat.

Si Trump veut faire pression sur un secrétaire d’État, il ne l’aurait pas fait au téléphone et surtout pas en personne.

à l’écouter de l’enregistrement complet de l’appel téléphonique qui dure environ une heure, soit 59 minutes de plus que ce que les médias ont diffusé.

Et qu’est ce qu’on découvre en écoutant l’enregistrement complet?

On découvre que les médias ont une curieuse façon de déformer les faits. Tout d’abord, l’appel téléphonique n’inclut pas uniquement Trump et Brad Raffensperger, mais également plusieurs autres personnes, des fonctionnaires de Géorgie et, du côté de Trump, des avocats. Et ce qu’on comprend très vite, c’est que Trump n’a pas appelé pour faire pression sur le secrétaire d’État, mais plutôt pour lui demander des comptes, ce qui est assez légitime vu la situation électorale actuelle.

Trump demande donc successivement des comptes au sujet

-Des électeurs qui ont voulu voter, mais à qui on a dit qu’ils avaient déjà voté une fois arrivé au bureau de vote.

-Au sujet des votes par correspondance qui ont été validés alors qu’ils ne comportaient pas d’adresse

-Au sujet des morts qui ont voté ou encore au sujet des votes des militaires qui étaient majoritairement pour Trump et qui ont été retrouvés dans des poubelles.

Trump parle aussi de la fausse fuite d’eau qui a été prétextait dans les bureaux de vote de Géorgie pour renvoyer les compteurs de voix républicains chez eux.

Ils parlent finalement de votes suspects qui ont été sortiede sous les tables.

En clair, Trump récapitule tout ce qui s’est passé d’étrange en Géorgie et demande des comptes au secrétaire d’État qui bottent systématiquement en touche. Ce dernier répond à Trump qu’il ne voit rien d’anormal à tout ça. Et il se justifie en indiquant que les tribunaux, eux non plus, n’ont pas souhaité s’intéresser à ces irrégularités.

Ensuite, c’est le moment qui est intéressant, car c’est ce passage qui est déformé par les médias.

Trump ne demande pas au secrétaire d’État de sortir des voix de son chapeau, de lui imprimer ou de tricher d’une quelconque manière.

Trump fait en réalité la liste des voix qui lui ont été volées, selon lui, ou des voix qui ont été illégalement comptées pour Biden.

Donc, tout ce qu’on vient de dire, les morts qui votent, les bulletins à la poubelle. Bref, il indique toujours qu’il a besoin de 11780 voix pour remporter l’Etat.

Mais ne dit pas  » imprime moi 11780 voix, s’il te plaît »

Il y a des dizaines de milliers de voix mal comptées dans cet État et qu’il ne demande pas à ce que tout soit vérifié, mais seulement certaines catégories de voix.

En revanche, il demande des vérifications de signatures sur certains lots de bulletins de vote, ce qui n’a évidemment rien d’illégal en tant que candidat.

En clair, les médias ont totalement déformé la vérité. Ils ont pris un extrait d’une minute sur une vidéo d’une heure .

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux
  1. Et sa phrase prononcées dans cette conversation en disant :
    « The people of georgia are angry, the people of the contry are angry. AND THERE IS NOTHING WRONG WITH SAYING, YOU KNOW, THAT YOU HAVE RECALCULATED »

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
651FollowersFollow
898SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire

En Direct cliquez ici
OFFLINE
%d blogueurs aiment cette page :