24.8 C
Paris
jeudi, juin 17, 2021

Faire un don

Polémique sur le Docteur Blachier , médecin ou pas?

Docteur ou pas docteur ?

Martin Blachier qui écume tous les plateaux de TV est présenté comme docteur et même parfois comme professeur, semant le doute chez les internautes.

« Y’a des gens qui font courir le bruit que je ne suis pas médecin« , si bien qu’il a hésité à publier un communiqué. « C’est délirant« , s’est-il exclamé. Et d’ajouter : « C’est ridicule. Je ne vais pas publier mon diplôme ! » Il en a profité pour faire un parallèle entre le documentaire et son cas personnel : « Il y a des gens qui le relaient, ils élaborent des thèses…« 

Martin Blachier

Alors est-il réellement médecin ou juste un spécialiste des tableaux Excel, travaillant pour la propagande gouvernementale ?

Martin Blachier est bien docteur !

Pas un médecin de famille comme nous pourrions l’imaginer, mais docteur de santé publique.

Médecin de santé publique qu’est-ce que c’est ?

Un médecin de santé publique n’exerce plus la médecine à l’échelle d’un individu mais la médecine à grande échelle: celle d’une population!

Pour expliquer la démarche de santé publique à un médecin, le plus simple (mais pas le plus exact !) est peut-être de la comparer à la démarche de médecine clinique, mais avec des méthodes spécifiques :

  • «prévention » par l’anticipation de problèmes de santé publique (par exemple en faisant une évaluation d’impact sur la santé d’un programme)
  • « diagnostic » par la mise en évidence d’un problème de santé publique (par l’épidémiologie par exemple) ;
  • « traitement » par la mise en place d’interventions, de politiques de santé publique ;
  • « surveillance » par le suivi des actions mises en place.

C’est bien entendu une explication très réductrice, la santé publique est une discipline trop riche pour être réduite à cette simple démarche. Mais cette explication a l’avantage d’être facile à assimiler quand on sort de l’externat !

Une des forces de la Santé publique est son caractère pluridisciplinaire.En effet, au cours de son internat l’interne de santé publique se formera dans différents domaines tels que: 

  • Prévention et promotion de la santé, éducation pour la santé
  • Santé internationale, global health
  • Recherche épidémiologique et clinique, biostatistiques
  • Information médicale, bio-informatique et e-santé
  • Économie et gestion des systèmes de santé, politiques de santé, organisation des soins, management des établissements de santé
  • Gestion de la qualité et de la sécurité des soins
  • Environnement et santé
  • Sciences humaines et sociales appliquées à la santé, droit de la santé, éthique médicale
  • Etc.

Grâce à ces connaissances acquises dans ces diverses disciplines associées à ses connaissances médicales, le médecin de santé publique acquiert une vision globale de la santé lui permettant de travailler de collaborer avec tous les professionnels oeuvrant pour l’amélioration de la santé des populations en jouant le rôle d’interface.

Conclusion nous pouvons écrire : Docteur Blachier

Serge
Fondateur et administrateur du média le Réveil Citoyen, ni droite ni gauche, un seul objectif : alimenter le débat libre dans la sphère publique autour des grands sujets mondiaux et locaux
  1. Le cœur du problème n’est pas de savoir s’il est médecin ou pas… mais de savoir d’où il tient cette légitimité d’être systématiquement présenté comme « épidémiologiste ». Car Martin Blachier dirige une entreprise, Public Health Expertise (ça fait plus sérieux en anglais !), où il se présente ainsi sur son site (très maigre, par ailleurs) : « Martin a travaillé à la HAS (commission de transparence) ainsi qu’à la DSS (bureau Médicament) sur des dossiers CEPS. Il est expert des problématiques d’accès et de prix en France. Il a accompagné l’accès des plus grandes innovations en France depuis 10 ans. Il travaille sur de nombreux projets de market access local en s’appuyant sur des outils médico-économiques « sur-mesure ». Mais rien sur la recherche épidémiologique.
    Pourtant, un simple petit calcul de base, et surtout de bon sens, devrait éveiller des soupçons, pour commencer. Martin Blachier a 35 ans, et son entreprise est donc « experte » depuis dix ans : autrement dit, il n’avait pas terminé ses études de médecine qu’il était déjà à même de conseiller les plus grands, à l’âge de 25 ans ! Diantre ! Chapeau bas… Mais quid de son expérience d’épidémiologiste, d’un travail de recherche fondamentale ou appliquée en épidémiologie ? Nulle trace. Ce qui ne l’empêche pas de contredire les véritables scientifiques (Perronne, Raoult, etc.), à coup de « c’est du grand n’importe quoi » et autres insultes méprisantes (qui lui ont valu d’être viré d’un plateau de LCI) : quelle argumentation ! Celle des faibles et des ignorants…
    Et ce que Martin Blachier se garde bien de révéler, c’est son conflit d’intérêt avec Gilead, entre autres : https://www.nexus.fr/actualite/conflit-dinterets/blachier-conflit-dinterets-toussaint/
    Martin Blachier (j’exclus le fait d’écrire « docteur » car un diplôme ne fait pas un véritable professionnel, selon moi) a surtout un grand talent : celui du bavardage, de l’égocentrisme et de l’enfumage.

  2. Ne pas confondre doctorat en santé publique et doctorat en médecine
    Le pharmacien est docteur en pharmacie mais pas médecin pour autant.
    Je ne me ferai pas soigner par un docteur en sciences politiques
    Le médecin soigne pas le docteur
    Ne pas confondre autour avec alentour…

Laisser un commentaire

également sur

52,125FansLike
550FollowersFollow
721SubscribersSubscribe
- Advertisement -

aléatoire

En Direct cliquez ici
OFFLINE
%d blogueurs aiment cette page :